Mon premier contrôle d’identité

Publié: novembre 24, 2011 dans Uncategorized

Contre les contrôles d’identité abusifs menés par la police, le collectif “Contre le contrôle au faciès” lance une “opération SMS”, épaulée par des avocats, pour “lutter contre une dérive discriminatoire” qui aurait tendance à se banaliser.

“Je me souviens de mon premier contrôle d’identité. J’avais 13 ans, je jouais au foot avec mes copains, et soudain je me suis retrouvé la tête plaquée contre un mur… Visiblement, tout le monde à vécu ça.”

Casquette rouge sur le crâne, mais sourire imperturbable, Axiom, rappeur, lance avec ses amis du collectif “Contre le contrôle au faciès”, un cri d’alarme. “Parce que tu n’as pas la couleur ou le look qu’il faut, on te contrôle. Ce n’est pas un cliché, c’est la réalité.” Avec d’autres stars du rap, comme Soprano, Oxmo Puccino et Mac Tyer, l’artiste Lillois de 36 ans raconte, en cinq minutes, le “premier ou pire contrôle d’identité qu’il a eu a subir” dans Mon premier contrôle d’identité, une web série diffusée sur le site du collectif.

Ladji Real, le réalisateur, explique : “Tous les lundi et jeudi, à 18h, un nouvel épisode sera diffusé.” L’objectif étant ensuite “d’interroger des comédiens, sportifs ou célébrités, mais aussi la société civile, pour lancer un grand débat sur le contrôle au faciès.” Comme la plupart des rappeurs interviewés dans sa série, Ladji a “connu les controles dès le berceau”.

“Quand le contrôle n’est pas justifié, c’est toujours vécu comme une humiliation, ça provoque de la souffrance, le sentiment de pas être égal à autres personnes en raison de vos origines.”

Car ce que dénonce le collectif, c’est bien le caractère “discriminatoire”, voire “raciste”, de certains contrôles. Selon une étude du CNRS menée en 2010, les controles policiers “visent onze fois plus les jeunes, six fois plus les Noirs et huit fois plus les Arabes”, indique Gilles Sokoudjou, président de l’association Les Indivisibles, qui fait partie du collectif.

Dans son récit, Axiom raconte, avec une certaine dose d’humour, un contrôle vécu un soir où “il rentrait de Paris, avec sa BM, sa casquette sur la tête et sa copine.” “Quand on vous contrôle plusieurs fois par semaine, parfois même plusieurs fois par jour, vous finissez par avoir des automatismes, vous acceptez. Quand les policiers m’ont fait signe de stopper, j’avais déjà mes papiers dans la main”, raconte Axiom.

“J’avais les mains sur le capot, ils cherchaient quoi, je ne sais pas. Mais ma copine, blanche, qui n’a pas l’habitude des contrôles, s’est mise à protester, a insisté pour que les policiers donnent les motifs de leur contrôle. Sûrement parce qu’ils n’en avaient pas, ils sont remontés dans leur camion sans rien dire et son partis.”

Et de lancer : “A force, ces contrôles, ça vous pourrit la vie. Et ça va dans une seule logique, qui fait qu’on vous empêche d’entrer en Boîte, ou qu’on vous dit que votre nom pose problème quand vous cherchez un logement.

Un reçu de contrôle d’identité

Mais au delà de l’humiliation subie, le collectif “Contre le contrôle au faciès” dénonce le caractère illégal de ces contrôles. Sarah, militante dans le collectif, explique : “un contrôle doit toujours avoir un motif précis, le contrôle de routine, ça n’existe pas !

S’inspirant de ce qui se fait déjà aux Etats-Unis, en Espagne ou en Grande-Bretagne, le collectif défend la mise en place d’un reçu de contrôle d’identité, qui serait remis systématiquement par les policiers à la personne contrôlée. Et de réclamer une modification de l’article 78.2 du Code pénal, qui encadre le contrôle d’identité, afin de permettre un recours en cas de discrimination : “Les contrôles sont le seul acte de police dont il n’y a aucune trace”, affirme Sarah. “Il faut créer des garde fous pour éviter ces dérives.”

Le collectif a mis en place un numéro auquel toute personne qui estime avoir été contrôlé sans raison objective peut envoyer un SMS. Elle sera rappelée dans les 24 heures, écoutée et conseillée, puis aidée si elle décide de porter plainte. “On va dans les halls d’immeuble, les gymnases, pour informer les gens sur leurs droits, et les faire agir à leur tour. Leur faire comprendre que c pas une fatalité. Surtout, ils ne doivent pas partir sans avoir entré dans leur portable le numéro de téléphone du collectif”, 07.60.19.33.81.

Stop le contrôle au faciès travaille avec le Syndicat des Avocats de France (SAF), afin de monter un dossier solide pour mener en justice une action collective. “Le controle de police est à priori légal, mais les policiers doivent obtenir une une réquisition du procureur, limitée dans le temps et l’espace, ou justifier d’un motif valable”, rappelle Me Maxime Cessieu, président de la commission pénale du SAF.

Si la police remarque quelqu’un qui se prépare à commettre un délit, ou quelqu’un qui vient d’en commettre un, par exemple. Mais un grand nombre de controles se font sans motifs valables et sont purement discriminatoires”, ajoute l’avocat. Pour lui comme pour les membres du collectif, “le texte de loi doit être précisé, pour empêcher ces controles abusifs.” L’équipe d’avocats qu’il coordonne préparent une “vague” de procédures de QPC (questions prioritaires de constitutionnalité), qu’ils soumettront à la cour de cassation.

“Nous avons les armes contre ce système, le contrôle au faciès vit ses dernières heures.”

Dans un coin, Sarah ajoute : “attention, on ne s’attaque pas aux policiers, mais à l’Etat, à l’Institution. Les gouvernements changent, mais le noyau dur reste le même : c’est la loi qu’il faut changer.

Ma lettre au Président – Axiom – 2006
Publicités
commentaires
  1. Desirade dit :

    Je viens de revoir La Haine de M Kassovitz et je suis ravie de découvrir ce collectif. Quand un gouvernement prétend lier la délinquance et les origines par la génétique il y a urgence à agir. J’espère que publier sur Owni, bravo pour les articles sur les usines à jouets chinoises, ne privera pas ce blog de son auteur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s