SDF : maraude au pont des Catalans

Publié: février 2, 2011 dans Uncategorized

« C’est une horreur. Ils vivent dans une vraie décharge, au bord de l’eau. Si la Garonne monte, ils y passent. La mairie est au courant, mais ne fait rien. Ce sont des laissés pour compte ». Emmitouflée dans son écharpe rouge, Isabelle Bricaud, porte-parole des Enfants de Don Quichotte toulousains, ne cache pas sa colère.

Pont des catalans, mardi soir. Ils sont une vingtaine à être venus, bénévoles, anciens sans-abris, mais aussi élus, pour soutenir le campement installé sous le pont. Deux tentes (pour dix), des matelas à même le sol. Au beau milieu des détritus et des déchets balancés par des personnes peu écolos.
Mardi soir, le froid est de retour. -2 °C. « Ils sont 7, la plus jeune a 20 ans… On ne peut pas les laisser là. » Patricia, des Enfants de Don Quichotte, a collecté des pulls, et a apporté des duvets destinés aux sans-abris du pont des catalans. « Ce sont des gamins qui m’ont donné ces duvets. Ils s’en servent quand ils partent en colo. Heureusement, la solidarité existe encore ! »


L’association d’aide aux démunis et aux mal logés a apporté trois tentes rouges. Des tentes bien familières, puisque ce sont les mêmes qui ont été utilisées en 2006, à Paris au canal Saint-Martin, et dans les allées François Verdier à Toulouse. Sous le pont des catalans, les sans-abris ont installé un réchaud, pour lutter à leur façon contre le froid. « La mairie est au courant de leur situation depuis des mois, constate François Simon, vice-président en charge des solidarités à la région Midi-Pyrénées. La loi est censée garantir un logement pour tous, mais l’Etat ne prend pas ses responsabilités. En tant qu’élus, on n’en peut plus de voir une partie de la population abandonnée ainsi. On accompagnera désormais les associations pendant leurs actions. » L’objectif : étendre ce genre de maraude « élus-citoyens » partout en France. « On en a vraiment marre, là c’est du sérieux. Ce n’est même plus une question de justice sociale. C’est de la justice humaine. »

Bonnet bleu sur le crâne, Cindy fait partie des sept sans-abris qui affrontent le froid, jour et nuit, face à la Garonne. « C’est très dur, surtout pour les plus jeunes, qui n’ont même pas le RSA. On dort serrés les uns contre les autres, mais la nuit, le froid, on le sent quand même. » Tout ce que Cindy et ses compagnons attendent, c’est un terrain provisoire, où planter des tentes, et se reconstruire. En attendant mieux.

Lundi, le 16e rapport sur la situation du logement de la Fondation Abbé Pierre le rappelait : la France compte plus de 10 millions de mal logés. « Il ne faut pas 36 000 réunions pourtant, la solution est simple, s’emporte Cathie, bénévole. Des terrains vacants, elle en a, la mairie. Alors d’accord, la mairie agit, mais il faut souvent la secouer. Quand elle fait quelque chose, c’est après qu’on l’ait interpellée. » Soufflant dans ses mains, Cathie ajoute : « Regardez moi tous ces détritus. Personne ne peut vivre ici, c’est monstrueux. » Un conseiller de la mairie, tout près, rassure : « On va retirer tous ces déchets dès demain. » « C’est pas ça le plus important, relogez ces gens d’abord ! », répond Cathie.

———————————————————————————————————————————————————————————

Publicités
commentaires
  1. amara yamina dit :

    j’ai attendu moi aussi 30ANS pour un logement et je n et jamais rien enfants a la d’asse hôtel squatte je voudraifaire une biographie sur le sujet car mes enfants son reste 14ans a la danse comme si j était une maman mal traitantealors que létat laisse les enfants mal taiter a leurs parents ses le cas du petit Enzo décedé des coups de son beau-pére j aurais des tas de choses a dire j ai une grosse haine surtout l hiver quand je vois ces pauvres a la rue on se croiré en temps de guerre les debut de monsieur lAbbée pierre rien avancemerci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s