Movida : sueur, sport et « zen attitude »

Publié: janvier 27, 2010 dans Uncategorized
Petit reportage dans une salle de sports, dans le cadre d’un exercice :

Deux canapés noirs sur lesquels sont posés des coussins rouge vif. Ambiance cosy. Derrière le bar, qui fait aussi office d’accueil, deux brunes, vêtements chics. Difficile de deviner qu’il s’agit de l’entrée d’une salle de sports.

Mais une fois franchi le couloir du fond, bienvenue à Movida, le paradis des sportifs. A droite, quatre hommes courent sur des tapis roulants. En rythme. De façon quasi-militaire. Leur regard est rivé sur une télévision accrochée au mur, qui diffuse des clips musicaux.


Ici, c’est le domaine du cardio-training. La lumière est tamisée. Sur le parquet, une multitude de vélos elliptiques. L’atmosphère est « zen ». Aseptisée, même. Max, cheveux grisonnants, vient cinq fois par semaine. « Il manque quelque chose dans cette salle, ce n’est pas très convivial », glisse-t-il. « Ca fait un peu usine. Pour le moment – il est 14h – on est peu nombreux mais dans une heure, ça va rappliquer », ajoute en souriant ce retraité de 63 ans. « Pour l’ambiance, je préfère en bas ».

En bas, la lumière est vive, éclatante. Les cris résonnent, couvrant la radio qui diffuse les derniers tubes à la mode. Cette pièce souterraine aux murs rouges, c’est la salle de musculation. « Vas-y, pousse ! ». Carole, conseillère sportive, coache Sophie, blonde athlétique, nageuse de haut niveau. Aujourd’hui, elle effectue des séries de tractions à la barre fixe. Le ton est donné. Pas de place pour les sportifs du dimanche, seuls les gens « motivés » descendent ici.

Face à l’un des nombreux miroirs tapissant les murs, Anastase soulève deux althères. « Soixante kilos, en tout, précise-t-il. Je suis un entrainement spécifique, pour la prise de masse ». Avec sa queue de cheval, sa musculature et son air bourru, l’homme impressionne. « Je viens pour m’entretenir et évacuer le stress ». Car au « club », tous sont unanimes : on vient pour se déstresser.

A l’étage, Marguerite termine ses trente minutes de vélo. Jogging beige et baskets noires aux pieds, la jeune femme de 22 ans vient tous les soirs pour « se dépenser ». Sourires. « Après les cours, je viens ici. Ca fait du bien, ça défoule ». Marguerite se dirige vers le rameur. « Après j’irai faire un tour au sauna », ajoute-t-elle.

Des éclats de rire fusent. Carole et Sophie discutent autour d’une table. C’est la pause. « Il y a une bonne ambiance ! Tout le monde se connaît, ici ». Seul Gilles n’est pas emballé. Assis sur un tapis de sol, il constate : « Il y a beaucoup de m’as-tu-vu. Certains ne sont là que pour frimer ». Il se lève. « Moi, je ne viens pas pour m’exhiber ou parler, mais pour faire du sport ».

17h. Les jeunes femmes se succèdent sur les vélos. Les hommes ont disparus. Lorine, 22 ans, vient de s’inscrire. « J’ai rompu avec mon petit-ami. J’ai besoin de me vider la tête ». Alors, elle viendra suer sur les tapis roulants toutes les semaines. Elle niche ses écouteurs dans ses oreilles, et se met à courir. En rythme.

———————————————————————————————————————————————————————————

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s